Vieillissement démographique : préserver la santé des seniors

Le vieillissement de la population mondiale est un défi pour les systèmes de santé ; les nouvelles technologies et les anciennes techniques permettront ensemble de le relever.

En grande partie grâce au progrès scientifique, les plus de 60 ans n’ont jamais été aussi nombreux. Plus de 900 millions d’individus, soit 12 % de la population mondiale, sont des seniors. D’ici 2050, en raison de l’augmentation de l’espérance de vie et de la diminution du taux de natalité, 2,1 milliards de personnes, soit près de 22 % de la population, auront plus de 60 ans.

Avec l’augmentation de l’espérance de vie, la population des plus de 80 ans triplera d’ici 2050 pour atteindre près de 450 millions de personnes. Dans certains pays d’Asie et d’Amérique latine, le nombre d’octogénaires et plus devrait quadrupler d’ici 2050.

Le nouveau défi du 21e siècle

La hausse du nombre de personnes âgées est une conséquence positive des progrès scientifiques et technologiques du siècle dernier. Vaccins, antibiotiques et amélioration des pratiques d’hygiène ont permis de contenir nombre de maladies infectieuses. L’amélioration de la sécurité domestique et professionnelle a également contribué à l’allongement de la durée de vie, alors que les nouvelles technologies agricoles et une meilleure compréhension de l’alimentation permettent à la population de mieux se nourrir qu’auparavant.

Cependant, l’allongement de la durée de vie engendré par ces progrès entraîne de nouveaux défis pour la science. Alors que les avancées du 20e siècle ont eu des effets considérables sur les maladies infectieuses, celles du 21e siècle devront résoudre les problèmes associés aux maladies chroniques, de plus en plus répandues chez les personnes âgées.

Selon des études menées aux États-Unis, environ 80 % des plus de 65 ans ont au moins une maladie chronique, et 68 % d’entre eux en ont deux ou plus. Les maladies les plus fréquentes sont les affections cardiaques et pulmonaires, les AVC, le cancer et le diabète.

La situation en matière de diabète et d’hypertension illustre particulièrement bien l’augmentation du fardeau de la maladie auquel nous nous heurtons. Le nombre d’individus atteints de diabète est passé de 108 millions en 1980 à 425 millions aujourd’hui. Selon les spécialistes, un adulte sur trois pourrait être touché par le diabète d’ici 2050. Le nombre de personnes souffrant d’hypertension, l’un des principaux facteurs de risque de pathologie cardiaque et d’AVC, a presque triplé, pour atteindre 1 milliard depuis 1980. Selon les prévisions aux États-Unis, 41 % des adultes auront une tension artérielle élevée d’ici 2030.

D’ici 2050, près de 450 millions de personnes auront 80 ans ou plus.

L’impact invisible des pathologies chroniques

Les maladies chroniques, comme le diabète et l’hypertension, augmentent le risque de décès des personnes âgées, mais on néglige aussi souvent les effets que ces maladies, de plus en plus répandues, ont sur la qualité de vie des seniors. Elles peuvent toutes deux, par exemple, détériorer la vision des personnes âgées.

La rétinopathie diabétique, caractérisée par des lésions vasculaires de la rétine dues à une glycémie élevée, touche un diabétique sur trois, et un diabétique sur 10 présente une forme de la maladie pouvant entraîner un début de cécité.

Autre cause fréquente de cécité des personnes âgées, la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) détruit progressivement la vision centrale qui est notamment nécessaire pour lire ou conduire. Bien que les causes de la DMLA soient complexes, elle est également liée au diabète et à l’hypertension.

Préserver la santé pour une vieillesse heureuse

Pour préserver la qualité de vie, il est essentiel de prévenir et contrôler les maladies chroniques qui touchent une population vieillissante. Concernant les pathologies ophtalmiques, l’OMS estime que 80 % des déficiences visuelles sont évitables ou traitables. Une grande partie de la prévention consiste à prendre en charge le diabète et l’hypertension en associant régime alimentaire, activité physique et médicaments sur ordonnance actuellement disponibles.

Cependant, les progrès scientifiques et les nouvelles classes de médicaments s’avèrent plus efficaces pour la prise en charge voire l’élimination de certaines des maladies chroniques les plus fréquentes associées à l’âge. Par ailleurs, grâce aux innovations en matière de production, la disponibilité des traitements actuels a été fortement améliorée.

À titre d’exemple, les chercheurs explorent déjà les techniques de séquençage génétique pour lutter contre le diabète. Néanmoins, la thérapie génique n’est pas utilisée directement chez les diabétiques. Elle est utilisée sur les bactéries produisant l’acarbose, une substance utilisée en thérapeutique et administrée aux diabétiques pour réguler leur glycémie. La modification des gènes des bactéries afin d'améliorer leur production d’acarbose, pourrait permettre de répondre à la demande croissante en médicaments antidiabétiques.

L’accompagnement des personnes âgées va bien au-delà des médicaments et des injections. Au Japon, où plus de 25 % de la population actuelle a plus de 65 ans, des robots spécialisés appelés « carebots » sont de plus en plus utilisés pour aider les personnes âgées à éteindre les lumières ou à passer du lit au fauteuil roulant, par exemple. Ces robots lisent également les codes barres des notices de médicaments aux nombreux seniors déficients visuels, afin que la perte de la vision n’empêche pas les personnes âgées de prendre correctement leurs médicaments.

80 ans est le nouveau 60 ans

La robotique et les médicaments ne sont que deux avancées parmi les nombreuses innovations qui permettront de relever les challenges liés au vieillissement de la population. Alors que les innovations destinées à améliorer la santé des seniors deviennent plus accessibles, il est possible que, grâce aux bénéfices qui en découlent en matière d’espérance de vie, il faille bientôt avoir plus de 80 ans pour faire partie de la tranche démographique la plus âgée.

Comme l’a dit un jour le comédien George Burns, « vous ne pouvez pas faire autrement que vieillir, mais vous n’êtes pas obligé d’être vieux ».

 

Le monde change et nous devons trouver maintenant des solutions pour préserver notre santé, notre alimentation et notre planète. Parce que mieux vivre, c'est possible !

 

L.FR.COM.05.2018.4859

Aller plus loin

Communiquer la complexité : le dialogue entre la science et la société

Science & société

Communiquer la complexité : le dialogue entre la science et la société

Nous croulons sous les informations, mais il est de plus en plus dur de savoir que croire, à qui faire confiance... Quel...

Lire la suite
Lire la suite

Science & société

Le big data permettra-t-il de vaincre le cancer ?

L’explosion des données patients pourrait permettre l’optimisation de la prise en charge du cancer, mais le big data se...

Lire la suite
Lire la suite

Science & société

Des potions magiques à la médecine de précision : l’histoire de la lutte anti-cancer

Le cancer reste l’un des plus lourds fardeaux de la société. Notre manière de le combattre reflète l’étendue de nos...

Lire la suite
Lire la suite

Science & société

Perspective moléculaire, ou comment repenser entièrement le cancer

Nous connaissons un véritable changement de paradigme dans notre compréhension du cancer. Les oncologues commencent à...

Lire la suite
Lire la suite

Science & société

Nous avons besoin d’une culture des opportunités

Tribune de Werner Baumann, Président du Conseil d’administration et Directeur Général de Bayer AG : l’Europe doit agir...

Lire la suite
Lire la suite

Science & société

Santé publique : une réflexion globale, des actions locales

Les maladies vectorielles tropicales touchent de façon disproportionnée les pays les plus pauvres. Une stratégie de...

Lire la suite
Lire la suite

Science & société

Sommes-nous sur le point de vaincre définitivement le paludisme ?

Au cours des dernières décennies, la prévention du paludisme a connu des avancées majeures. Sommes-nous pour autant sur...

Lire la suite
Lire la suite

Science & société

Édition du génome : sommes-nous suffisamment responsables ?

La correction de séquence génomique, outil potentiellement puissant contre la maladie et la souffrance, pourrait-elle...

Lire la suite
Lire la suite