Cash Investigation

Bayer réagit à la diffusion du reportage « Produits Chimiques – Nos enfants en danger »

Suite à la diffusion hier soir sur France 2 de l’émission Cash Investigation « Produits Chimiques, nos enfants en danger » Bayer souhaite réagir publiquement et réaffirmer différents points.

Dans un contexte de préoccupations légitimes des consommateurs concernant les pesticides, Bayer regrette que le sujet ait donné lieu à un reportage anxiogène renchérissant sur les peurs sans laisser la place à une information exhaustive et tenant compte de la nécessaire complexité scientifique. L’émission a également passé sous silence la réalité de la réglementation française en vigueur, une des plus strictes au monde.

Bayer propose des solutions qui permettent aux agriculteurs de protéger les cultures de nombreuses maladies afin d’assurer partout dans le monde, la production de denrées alimentaires saines et de qualité. Par ailleurs, nous proposons des solutions permettant de contrôler les vecteurs de maladies graves comme la malaria, la dengue et le zika. Les femmes et les hommes qui travaillent chez Bayer sont particulièrement fiers de ces solutions et ainsi de contribuer à une vie meilleure. Cette contribution, ils la mettent en œuvre chaque jour dans le strict respect des règlementations en vigueur.

En ce qui concerne le folpel, une des molécules mises en cause dans ce reportage, il est commercialisé par Bayer en France ainsi que par d’autres acteurs du marché. C’est aujourd’hui un outil indispensable pour traiter un large spectre de maladies de la vigne. Il s’agit de la solution qui contribue le plus efficacement à prévenir la plupart des résistances sur des maladies fongiques de la vigne. Présente sur le marché depuis plusieurs décennies, c’est l’une des molécules les plus étudiées dans de nombreux pays. Ainsi, plusieurs produits Bayer contenant du folpel ont récemment été réévalués et ré homologués par l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail. Cette réévaluation, datant du mois d’octobre dernier, est une nouvelle confirmation par l’Autorité Compétente, que ce produit, s’il est utilisé conformément aux règles de bonnes pratiques, est sans risque pour la santé des consommateurs et l’environnement.

Les produits de protection des plantes ne sont pas des produits anodins

Les produits de protection des plantes, autrement dit les pesticides ne sont pas des produits anodins. Ils sont soumis à une réglementation stricte en France où ils sont particulièrement encadrés et surveillés par les autorités. La réglementation vise à encadrer l’usage de ces produits pour garantir leur innocuité. Chaque produit est réévalué régulièrement pour vérifier que son utilisation par des professionnels est en cohérence avec les toutes dernières exigences en matière de sécurité des utilisateurs et des consommateurs, mais aussi des riverainset des travailleurs agricoles. Conscient des préoccupations légitimes des consommateurs au sujet de l’utilisation de ces produits, Bayer s’engage depuis longtemps dans un processus d’amélioration continue et accompagne les professionnels dans leur bon usage, bien au-delà des exigences réglementaires.

Une démarche d’amélioration continue – innovation et substitution de produits

Améliorer continuellement le profil de nos molécules, est une préoccupation constante pour nos équipes. Nous faisons le point régulièrement sur notre gamme de produits, afin de proposer à nos clients, une offre à la fois innovante et respectueuse de la santé des utilisateurs, des consommateurs et de l’environnement. Nous pouvons ainsi être amenés à retirer ou remplacer certains produits si nous pensons que des produits de nouvelle génération, encore plus innovants et proposant des conditions de sécurité d’application renforcées peuvent répondre aux attentes des professionnels.

La science au service des hommes

Depuis ces 30 dernières années, les avancées scientifiques ont permis de mieux connaître les effets des molécules chimiques et leurs impacts sur la santé des utilisateurs, des consommateurs et de l’environnement . Nous sommes aujourd’hui capables de détecter des quantités infimes de n’importe quel produit dans l’eau, l’air ou même sur un cheveu. Contrairement à ce que l‘on pourrait penser, ce n’est pas la quantité de ces produits qui a augmenté mais notre capacité à les détecter sur des échelles de l’infiniment petit. Les cheveux gardent en mémoire tous les composants auxquels ils ont été exposés. Et parmi eux, les pesticides sont probablement les composés les plus étudiés au monde et ceux dont on connait le mieux les doses sans effet pour l’homme. Détection n’est pas forcément synonyme de risque. En tant qu’entreprise dédiée aux sciences de la vie, engagée pour la santé des hommes, des animaux et des plantes et fondée sur la science, nous portons une attention particulière à l’amélioration de la santé de nos concitoyens et de leur cadre de vie.

La bonne dose, au bon endroit et au bon moment

Le progrès en matière de produit de protection des plantes ne se résume pas aux seules recherches sur les molécules chimiques. Il s’agit aussi et surtout des progrès immenses qui ont été réalisés ces dernières années pour une utilisation toujours plus ciblée de nos produits. De nombreuses innovations et méthodes ont ainsi été mises au point pour s’assurer que les professionnels utilisent la bonne dose de produit, au bon endroit et au bon moment avec toutes les précautions qui s’imposent. Notamment l’utilisation croissante par les professionnels d’équipements de protection individuels (gants, masques, combinaisons, lunettes) montre que les campagnes de prévention relayées par l’ensemble du monde agricole contribuent à faire évoluer les pratiques. De même, les progrès réalisés par les fabricants de matériel d’application permettent de réduire très fortement la dérive de produits en dehors des parcelles agricoles lors des traitements. Ces améliorations permanentes, qui permettent une utilisation de plus en plus ciblée doivent évidemment être poursuivies pour garantir toujours plus de sécurité.

Transparence, posture d’écoute mutuelle

Le groupe Bayer est régulièrement sollicité par les médias. Nous répondons si le format proposé est adapté à la thématique en question. Dans ce cas précis, nous avons en premier lieu étudié avec beaucoup d’attention la demande d’interview qui nous a été faite. Nous n’avons pas réussi à trouver un terrain d’entente avec les équipes de production sur les modalités ni le sujet de l’interview. Le périmètre de la discussion initialement présenté comme un sujet sur l’évolution de l’agriculture a finalement été réduit à un reportage alarmiste sur les conséquences des pesticides sur la santé, sans laisser de place à un dialogue plus large quant à l’utilité et l’encadrement de leur usage. Pourtant ces questions nous semblent primordiales pour appréhender de manière globale les enjeux liés à notre profession.

Bayer propose une rubrique intitulée : Vos questions / Nos réponses. L’objectif de cette rubrique est de donner des réponses concrètes aux questions qui nous sont le plus souvent posées, et ce, au travers de témoignages de femmes et d’hommes qui travaillent chaque jour au sein de notre entreprise de manière responsable à l’amélioration des produits et de leur utilisation.

Concilier utilité de nos produits, santé publique, respect des utilisateurs et de l’environnement et dialogue avec les parties prenantes tel est le défi que relève chaque jour l’ensemble de nos salariés. Nous regrettons que ces questions de fond ne soient pas traitées dans cette émission. Le débat sur le sujet est parfaitement légitime dès lors qu’il tient compte de l’ensemble des faits et des arguments. En l’occurrence ce reportage ne réunit pas les éléments nécessaires à un débat constructif.

Veuillez trouver ici la position de l’Union des Industries de la Protection des Plantes (uipp.org)