Santé : vos questions, nos réponses

Bayer est une entreprise scientifique qui recherche des solutions à la fois durables et innovantes pour protéger la vie, qu’elle soit humaine, animale ou végétale. Nous avons conscience que nos secteurs d’activités, la santé ou l’agriculture, sont au cœur d’enjeux sociétaux cruciaux et peuvent générer des interrogations, parfois des craintes. C’est pourquoi, résolument engagés dans une démarche de transparence, nous répondons aux questions que vous nous adressez. Retrouvez ici vos questions et nos réponses au sujet de la santé.

Vendre des pesticides et des médicaments, n’est-ce pas contradictoire ?
Question fréquemment posée, France, le 17 octobre 2019

Tout d’abord, nous sommes bien conscients que d’être engagés dans les domaines de la santé et de l’agriculture représente une grande responsabilité ; c’est aussi une grande fierté

Tout d’abord, nous sommes bien conscients que d’être engagés dans les domaines de la santé et de l’agriculture représente une grande responsabilité ; c’est aussi une grande fierté pour nous que de pouvoir nous investir sur des enjeux aussi essentiels, au cœur des préoccupations actuelles.

Ensuite, il est important de préciser que les produits phytosanitaires de Bayer ne présentent pas de risque pour la santé et l’environnement lorsqu’ils sont appliqués selon les recommandations d’usage. Pour s’assurer de cela, ces produits sont très régulièrement et très strictement évalués, avant et pendant leur autorisation d’utilisation, par les autorités réglementaires telles que l’ANSES en France. Les autorités réglementaires françaises sont parmi les plus exigeantes au monde. Saviez-vous que l’évaluation et l’homologation d’un produit phytosanitaire sont autant encadrées, voire davantage, que celles d’un médicament ? Quant aux agriculteurs, nous mettons tout en œuvre pour les accompagner dans le bon usage de nos produits.

Enfin, nos activités sont complémentaires car Bayer est une entreprise des sciences de la vie dont toutes les activités ont pour mission de protéger la vie, qu’elle soit humaine, animale ou végétale. Les produits que nous fabriquons, fruits de notre innovation scientifique, protègent les Hommes (cancers, maladies cardiaques, maladies de la rétine, etc.), les animaux (contre les puces et les tiques par exemple), les cultures (produits phytosanitaires lorsque les cultures sont attaquées par des nuisibles ou des maladies souvent dues à des champignons, semences robustes adaptées aux aléas climatiques…). Etre un acteur majeur en santé et en agriculture nous permet d’une part de renforcer et d’accélérer notre recherche en mutualisant ressources et investissements. D’autre part de partager les connaissances et les savoir-faire de nos métiers scientifiques au sein de notre entreprise : biologistes, chimistes, toxicologues, experts en nouvelles technologies telles que la data science et l’intelligence artificielle, et bien d’autres métiers.

Le saviez-vous ? Nous avons mis en ligne nos rapports d’études portant sur la sécurité de nos produits phytosanitaires, incluant le glyphosate. En savoir plus sur Crop Science Transparency.

Quel est le lien direct et/ou étroit entre Agriculture, Nutrition et Santé ?
Guesly, Port-au-Prince, le 22 février 2019

Cette question porte sur une des missions fondamentales de notre entreprise : proposer aux agriculteurs des solutions innovantes leur permettant de produire des denrées

Cette question porte sur une des missions fondamentales de notre entreprise : proposer aux agriculteurs des solutions innovantes leur permettant de produire des denrées alimentaires saines, variées, de qualité pour, in fine, préserver le capital santé du plus grand nombre. Tout d’abord, la préoccupation majeure de notre entreprise est de développer des produits sûrs (parmi les plus testés au monde) pour nos enfants, pour notre santé, pour nos animaux, pour l’environnement : ils font l’objet d’une dizaine d’années de recherche et de plusieurs centaines de millions d’euros investis en ce sens. Aussi, les aliments que nous consommons sont de plus en plus contrôlés par les autorités nationales et européennes : quand des résidus sont détectés, la dose est si infinitésimale et les marges de sécurité sont tellement importantes que les risques pour la santé sont inexistants, y compris à long terme. Concernant nos activités agricoles, nous investissons depuis plusieurs années pour concevoir de nouvelles solutions de semences, de biocontrôle, ou d’agriculture digitale pour protéger les récoltes des invasions d’insectes ou de champignons qui mettent en péril la production de l’agriculteur et la sécurité des consommateurs. Par exemple, sans protection adaptée, les légumes ou les céréales peuvent se retrouver contaminés par les mycotoxines, champignons invisibles à l’œil nu, très difficilement dégradables et qui s’avèrent très toxiques pour l’homme. Enfin, il est vrai que toute alimentation peut s’avérer dangereuse en soi. Café, matières grasses, sucre... : il est scientifiquement reconnu que de nombreux aliments peuvent avoir un effet néfaste si leur consommation est abusive. A l’inverse, l’impact positif de certains aliments sur notre santé a été prouvé : amandes et kiwis sont par exemple d’excellents antioxydants qui permettent de lutter contre le stress, la fatigue et le vieillissement. Agriculture, alimentation et santé : chez Bayer, nous sommes pleinement et plus que jamais conscients de leur relation indissociable qui doit être garantie pour tous dans un contexte d’évolution des besoins en France et dans le monde.

En 2019 il est évident que la contraception ne devrait pas être qu'une affaire de femmes, malheureusement elle l'est encore aujourd'hui. Qu'entreprend Bayer pour proposer aux couples hétérosexuels des moyens de contraception masculine fiables (autres que le préservatif) permettant à l'homme de prendre le relais de la prise en charge de la contraception ?
Marine, Zürich, le 25 janvier 2019

Effectivement, les hommes sont aussi concernés par la contraception, or les femmes portent souvent le poids de la charge mentale liée à la contraception. Dans le but de parler de

Effectivement, les hommes sont aussi concernés par la contraception, or les femmes portent souvent le poids de la charge mentale liée à la contraception. Dans le but de parler de contraception sans tabous tant auprès des femmes que des hommes, notre laboratoire s’est engagé auprès de l’Association Française de Contraception qui organise des actions d’information dans les universités d’Ile-de-France, de Provence-Alpes-Côte d’Azur et des Hauts-de-France. C’est autant aux étudiantes qu’aux étudiants que ces informations ont été proposées. En matière de moyens de contraception, il est vrai que Bayer s’est spécialisé dans les solutions destinées aux femmes. En 2018, 370 000 femmes ont utilisé en France une solution de contraception longue durée Bayer (dispositifs intra-utérins). Les recherches menées par Bayer et d’autres acteurs de santé sur la contraception masculine ont conduit à des solutions qui ne sont pas apparues comme viables, notamment du point de vue de la posologie envisagée. Dans ce contexte, nous avons préféré développer et renforcer notre offre de solutions de contraception féminine, afin que chaque femme puisse disposer de la contraception la mieux adaptée à sa santé et à son mode de vie.

Pourquoi Bayer continue-t-il de commercialiser des pesticides classés potentiellement cancérigènes, alors que le bio se développe et est meilleur pour la santé ?
Question fréquemment posée, France, le 3 décembre 2018

Ces préoccupations sont évidemment légitimes et nous les entendons.

Chacun de nos produits, qui permettent de lutter efficacement contre les maladies et parasites attaquant les

Ces préoccupations sont évidemment légitimes et nous les entendons.

Chacun de nos produits, qui permettent de lutter efficacement contre les maladies et parasites attaquant les cultures, figure parmi les produits les plus testés au monde : pour un seul produit mis sur le marché, ce sont 10 ans de recherche, 200 millions d’euros investis, la sélection d’une molécule sur 150 000 satisfaisant les critères de sécurité, 250 études en moyenne effectuées. Nos produits sont donc, quand ils sont bien utilisés, sans danger pour la santé humaine.

Nous intensifions également nos efforts de recherche (plusieurs centaines de millions d’euros déjà investis) pour trouver des solutions alternatives aux pesticides en utilisant des substances naturelles (bio-contrôle), qui permettent notamment de protéger les cultures issues de l’agriculture biologique, procédés mécaniques et outils numériques.

Toutefois, ces solutions ne sont aujourd'hui pas aussi efficaces que les pesticides et doivent donc être généralement utilisées en complément (et non à la place) de ce ceux-ci.

Le glyphosate augmente-il les risques de cancer ? Est-il un perturbateur endocrinien ?
Question fréquemment posée, France, le 3 décembre 2018

Le glyphosate est au centre des préoccupations actuelles et nous entendons les inquiétudes exprimées par les citoyens. Il faut tout d’abord bien distinguer les notions de risque «

Le glyphosate est au centre des préoccupations actuelles et nous entendons les inquiétudes exprimées par les citoyens. Il faut tout d’abord bien distinguer les notions de risque « absolu » - soit la dangerosité d’un produit dans l’absolu, au même titre que l’électricité ou un requin - et de risque « relatif », qui prend en considération le degré d’exposition au produit. Les 800 études scientifiques indépendantes et les conclusions des autorités réglementaires montrent que le glyphosate, quand il est utilisé selon les recommandations d’usage, est une substance sans danger pour la santé humaine : il n’augmente donc pas le risque de cancer et n’a pas de potentiel de perturbation endocrinienne supérieur à celui de la caféine, des vitamines, de certaines épices ou agrumes. Cela a d’ailleurs été confirmé par la Commission Européenne qui l’a ré-autorisé pour 5 ans fin 2017. (Seul le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) classe le glyphosate comme « cancérogène probable », à l’instar de produits de consommation courante comme la viande rouge ou même l’eau chaude1.) Enfin, dans un souci de transparence, nous mettons à disposition du grand public, depuis le 7 décembre 2018, les rapports d'efficacité et de sécurité réalisés sur le glyphosate.

1 Les conclusions de la European Food Safety Authority (EFSA) et du CIRC divergent principalement car l’EFSA a évalué les risques liés au glyphosate tandis que le CIRC, lui, a évalué son danger potentiel.