Parasites visibles : puces, tiques...

Au-delà des démangeaisons désagréables et de la gêne continue, ces parasites peuvent transmettre des maladies parfois graves. Ce risque peut également s’étendre accidentellement à l’homme et ne doit pas être négligé.

Puces : de petits insectes difficiles à détecter

Les puces se situent plutôt sur le dos, à la base de la queue et des oreilles.


Bien souvent on ne voit pas les puces mais leurs déjections ("têtes d'épingles" noirâtres). Écrasez ces déjections à l’aide d’un papier essuie-tout préalablement imbibé d’eau, si elles deviennent rouges, votre animal a des puces.

Si vous, ou vos proches, avez commencé à vous gratter – notamment aux chevilles – et à présenter des tâches rouges qui démangent, ce sont les signes d’une infestation sévère de puces dans votre foyer. Demandez conseil à votre vétérinaire et consultez votre médecin.


N’attendez pas de voir des puces sur le pelage de votre chien pour le traiter. La meilleure solution reste la prévention : traitez votre chien régulièrement pour bien le protéger !


Les principales maladies associées sont :

  • La salive de puce est considérée comme très allergène et peut provoquer une maladie cutanée appelée Dermatite Allergique par Piqûre de Puces (DAPP)
  • La Dipylidiose ou Ténia est transmise par les puces contaminées. Une fois dans le corps de l’animal, l’œuf du parasite éclot pour donner un ver et poursuit son développement dans l’intestin en pouvant provoquer des troubles de diverses natures. Le risque existe aussi pour l’Homme, si un enfant ingère accidentellement une puce contaminée.


Tique : un acarien visible à l’œil nu

La tique s’accroche à la peau à l’aide de petits crochets situés dans sa bouche et se nourrit de sang. Elle peut absorber jusqu’à 3 fois son propre volume et grossit au fur et à mesure qu’elle se nourrit. Pour retirer une tique, la première chose à faire est de retirer manuellement les tiques présentes sur votre chien, à l’aide d’un décroche tique adapté (ex : ExiTick®, O’Tom®). Si l’infestation est trop importante, consultez votre vétérinaire.


Comment enlever une tique ?

1. À l’aide d’une pince à épiler pointue ou d’une pince à tiques (commercialisée chez votre vétérinaire), saisir fermement la tête de la tique au niveau du point d’ancrage et aussi près de la peau que possible.
2. D’une traction lente, régulière et ferme, retirer la tique du corps. Certains outils recommandent un mouvement de torsion avec la traction.
3. Ne serrer à aucun moment le corps de la tique car cela peut injecter plus de salive dans le corps de votre animal alors qu’elle est encore fixée.
4. Une fois la tique retirée, nettoyer la zone avec du savon doux et de l’eau.
5. Si une petite portion de la tique se brise, essayer de la retirer comme dans le cas d’une écharde.
6. Bien surveiller la zone d’extraction pendant quelques jours après le retrait de la tique.
En cas d’inflammation, demandez conseil à votre vétérinaire.


Ne pas appliquer de produits comme de l'huile, de l'alcool, de la colle ou de l'éther.


Dans un deuxième temps, traitez votre chien avec un produit antiparasitaire doté d’une double action : qui repousse et élimine les tiques afin de limiter la prise du « repas de sang » et la transmission de maladies parfois graves et mortelles.


Les risques de maladies liées aux tiques

La maladie de Lyme (ou Borréliose) ne présente pas de symptôme précis. Il faut cependant rester alerté par des articulations chaudes, douloureuses et gonflées (arthrite, polyarthrite), de la fièvre, des ganglions ou un abattement de l’animal.


La babésiose se caractérise par un abattement brutal, une fièvre forte et soudaine, une perte d’appétit, des urines foncées, voire des vomissements et des diarrhées.


L’ehrlichiose provoque des saignements de nez, une forte fièvre avec de gros ganglions et une grosseur anormale de la rate. D’autres symptômes sont l’anorexie, l’anémie, ou encore, des petites tâches sur la peau appelées pétéchies.


Notre réponse pour lutter contre les puces et/ou les tiques

Nous développons des solutions antiparasitaires pour les animaux et la maison, en prévention, en traitement et pour éviter les risques de récidive. Pour plus d’informations, rendez-vous sur mon-animal-et-moi.fr.