Pourquoi parle-t-on des cancers et non du cancer ?

Parce qu’il existe plusieurs types de cancer. Le cancer est une maladie provoquée par la transformation de cellules qui deviennent anormales et prolifèrent de façon excessive. Elles finissent par former une masse : la tumeur maligne. Les cellules cancéreuses ont tendance à envahir les tissus voisins, à se détacher de la tumeur puis à migrer par les vaisseaux pour aller former une autre tumeur, appelée métastase.

 

Voilà pour la définition ”biologique”. Car sur le plan médical, le terme ”cancer” désigne en réalité un groupe de maladies très différentes les unes des autres. Ce qui les détermine ? La nature du tissu dans lequel elles se développent.

 

On distingue ainsi :

  • les carcinomes : les cellules cancéreuses apparaissent au niveau de l’épithélium, c'est-à-dire un tissu recouvrant les surfaces internes (tissu de revêtement des organes) ou externes (épiderme par exemple).
  • les sarcomes : les cellules cancéreuses apparaissent au niveau d’un tissu ”de support” comme les os, la graisse ou les muscles.
  • les cancers hématopoïétiques : le cancer affecte le sang ou les organes lymphoïdes, organes dans lesquels certaines cellules du sang acquièrent leur fonction. C'est le cas, par exemple, des leucémies.

 

Retrouvez les classifications des cancers sur le site de l'Institut National du Cancer

 

Jusqu’à présent, le cancer était traité en fonction de la localisation des cellules tumorales dans le corps. Nous avons ainsi l’habitude d’entendre parler du cancer associé aux seins ou aux poumons par exemple. Or, des découvertes scientifiques majeures ont amélioré notre connaissance du fonctionnement des cellules et notre compréhension de la maladie. Et donc révolutionné la façon dont le cancer peut désormais être traité.

 

Pour en savoir plus, lisez Perspective moléculaire, ou comment repenser entièrement le cancer

 

 

COR-CON-FR-0006-1