Notre engagement pour des produits phytosanitaires sûrs

Tribune de Cristina Alonso, Responsable mondiale des Sciences réglementaires pour la division Crop Science de Bayer, en réaction à la publication de PAN sur les produits hautement toxiques.

 

La production agricole doit répondre aux demandes d'une population en croissance rapide. Dans le même temps, les agriculteurs sont confrontés à des pressions croissantes d'un climat changeant dans lequel les rendements ne sont pas acquis mais pour lesquels ils doivent travailler plus dur chaque jour.

cristina
Soyons clairs, la protection des cultures contre les mauvaises herbes, les insectes et les maladies est cruciale pour produire suffisamment sur moins de terres.
Cristina Alonso
,
Responsable mondiale des Sciences réglementaires pour la division Crop Science de Bayer

Nous nous engageons à développer des produits et à mettre en place les bonnes pratiques agricoles nécessaires, qui répondent à la fois à des normes de sécurité élevées et répondent aux besoins spécifiques des agriculteurs du monde entier. C'est pourquoi nous n'adoptons pas une approche unique pour homologation et la vente de nos produits de protection des cultures. En ce qui concerne les produits phytosanitaires, nous avons fait de grands progrès en ligne avec notre engagement de ne vendre que des produits qui atteignent avec succès nos évaluations de sécurité internes robustes, répondent aux normes de sécurité du pays local de mise en marché et satisfont aux normes de sécurité d'une majorité de régulateurs mondialement respectés.

 

Au cours des dernières années, nous avons écouté et appris des parties prenantes essentielles, notamment le Pesticide Action Network (PAN). C'est un objectif commun d'appliquer les normes de sécurité les plus élevées requises pour les travailleurs agricoles et les consommateurs et de garantir moins d'effets négatifs sur la biodiversité. Nous voulons travailler avec ces parties prenantes pour atteindre cet objectif.

 

Mais adopter une approche dogmatique pour des sujets comme la classification des pesticides ne fonctionne pas. Bien que nous soyons ouverts et apprécions le dialogue avec des groupes tels que PAN, nous réfutons fermement la méthodologie derrière la liste des produits hautement dangereux (HHP) du réseau Pesticide Action Network (PAN). Des listes comme celle-ci cherchent à regrouper les produits bénéfiques et sûrs avec d’autres qui peuvent constituer un risque. Elles cherchent également à faire oublier les critères internationalement acceptés et scientifiquement validés acceptés par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) à un moment où nous devons chercher à restaurer la confiance dans nos institutions publiques.

 

Nous contestons l'étude en raison de la décision du PAN d’utiliser une méthodologie qui ignore les critères internationalement acceptés établis par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) pour déterminer si un produit phytosanitaire peut être qualifié de HHP. Malheureusement, PAN a adopté un point de vue idéologique qui s’oppose à l'objectif déclaré d'appliquer les normes de sécurité les plus élevées requises pour les travailleurs agricoles et les consommateurs et de garantir moins d'effets négatifs sur la biodiversité.

 

Par exemple, dans le rapport, le glyphosate est l'un des produits phytosanitaires qui est identifié à tort comme un produit hautement dangereux par PAN. Le glyphosate ne répond pas aux critères établis par la FAO pour désigner un produit hautement dangereux. Cette conclusion est fortement soutenue par les autorités réglementaires du monde entier, notamment l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA), l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) et les principales autorités sanitaires d'Allemagne, d'Australie, de Corée, du Canada, de Nouvelle Zélande, du Japon et de la France. Pas une seule autorité sanitaire chargée d'évaluer les risques et d'identifier les HHP ne considère le glyphosate comme un HHP.

Bayer reste déterminé à agir. Lorsque nos produits entrent dans la catégorie qui répond aux critères HHP de la FAO, nous effectuons des diagnostics pour identifier les risques potentiels sur la base des utilisations autorisées localement.
Cristina Alonso
,
Responsable mondiale des Sciences réglementaires pour la division Crop Science de Bayer

Avec l’attente croissante du public pour la transparence des informations, nous nous engageons à montrer la voie en offrant un meilleur accès aux informations relatives à la sécurité de nos produits. C'est pourquoi nous avons lancé notre Initiative de Transparence, qui rend les études sur les molécules liées à la sécurité accessibles en ligne à tous. Si des risques potentiels sont identifiés, nous mettons en œuvre des mesures d'atténuation telles que le développement de nouvelles formulations, la révision des étiquettes et l'augmentation de la formation. Si nous pensons que cela est nécessaire, nous retirons volontairement les produits du marché - ce qui est ce que nous faisons actuellement avec les produits à base de méthiocarb et de carbendazime.

Bayer examine en permanence les produits chimiques de son portefeuille et prend des mesures suite à toute information justifiée sur l'un de nos produits.
Cristina Alonso
,
Responsable mondiale des Sciences réglementaires pour la division Crop Science de Bayer

À la suite d'une évaluation rigoureuse qui va au-delà de la réglementation actuelle dans de nombreux endroits, nous avons l'intention de remplacer la chimie plus ancienne par de nouvelles solutions ou même de recommander des produits concurrents. Nous demandons une auto-réglementation et une transparence à l'échelle de l'industrie pour accroître l'impact de l'initiative.

 

La pression sur les systèmes alimentaires est trop élevée et le temps pour de nouvelles solutions beaucoup trop court pour que la société puisse débattre de manière traditionnellement antagoniste. Nous travaillons sur la protection des cultures à faible impact environnemental tout en faisant progresser les technologies agricoles numériques, les produits biologiques et les meilleures semences. Nous sommes prêts à apprendre en établissant des partenariats avec les parties prenantes - même celles qui nous critiquent. Par conséquent, nous encourageons la poursuite du dialogue avec PAN.

 

Cristina Alonso, Responsable mondiale des Sciences réglementaires pour la division Crop Science de Bayer