Environnement & biodiversité : vos questions, nos réponses

Bayer est une entreprise scientifique qui recherche des solutions à la fois durables et innovantes pour protéger la vie, qu’elle soit humaine, animale ou végétale. Nous avons conscience que nos secteurs d’activités, la santé ou l’agriculture, sont au cœur d’enjeux sociétaux cruciaux et peuvent générer des interrogations, parfois des craintes. C’est pourquoi, résolument engagés dans une démarche de transparence, nous répondons aux questions que vous nous adressez. Retrouvez ici vos questions et nos réponses au sujet de l'environnement et de la biodiversité.

Je suis comme beaucoup de Français inquiet de l'utilisation de glyphosate et j'aimerais avoir des informations concrètes à ce sujet. Quelle dangerosité, quelle utilisation en France ?

 

Pierre-Jean, Paris, le 19 février 2020

Nous sommes bien conscients des préoccupations qui s’expriment dans la société au sujet des produits phytosanitaires, et en particulier du glyphosate.

 

Le glyphosate est un herbicide qui permet de lutter contre les mauvaises herbes. Celles-ci représentent un risque important pour les récoltes si elles se développent librement car elles puisent l’eau, les nutriments du sol… à la place des plantes cultivées par l’agriculteur. C’est un des principaux défis rencontrés par les agriculteurs.

 

Le calendrier, la quantité et la méthode d’application du glyphosate sont spécifiques à chaque type de culture. Un point est cependant commun en France, le glyphosate n’est jamais utilisé sur les cultures récoltées. Les agriculteurs sont des professionnels formés à l’utilisation des herbicides et ils s’emploient à respecter les instructions d’utilisation indiquées sur les étiquettes, ainsi que les bonnes pratiques de pulvérisation. Leur objectif est que l’application d’herbicide soit réalisée de façon très précise : la juste dose au bon endroit au bon moment et seulement si nécessaire.

 

Concernant sa sécurité, le glyphosate est l’un des produits les plus étudiés au monde. Il est important d’évoquer les 800 études scientifiques et les conclusions des autorités réglementaires, en Europe et dans le monde, qui concluent toutes, de manière indépendante, que cette molécule, quand elle est utilisée selon les recommandations d’usage, est une substance sûre, sans danger pour la santé humaine. Cela a par exemple été confirmé par l’Union Européenne qui l’a ré-autorisée pour 5 ans fin 2017, mais aussi plus récemment par le Canada ou les Etats-Unis.

 

Pour aller plus loin : Consultez ces pages sur le glyphosate pour en savoir plus sur le rôle du glyphosate dans l’agriculture, son impact sur l’environnement, la biodiversité, et son innocuité sur la santé humaine

Continuez-vous à utiliser des néonicotinoïdes dans vos pesticides ? Pourquoi avoir lancé une pétition pour vous opposer à la décision de justice visant à les interdire ?

 

Karen, Colombes, le 17 février 2020

Bayer ne commercialise plus de produits de la famille des néonicotinoïdes en France depuis leur interdiction en 2018, dans le cadre légal français.

 

Concernant votre question sur la procédure d’appel – il ne s’agit pas d’une pétition mais d’une procédure d’appel, elle est adressée à la cour de justice européenne. Notre entreprise s’inquiète du fait que la décision d’interdiction des néonicotinoïdes ne se base pas sur les critères d’évaluation actuels du système d’autorisation des substances actives au sein de l’UE, évaluation stricte mise en place par l’UE elle-même, et que cela puisse, de fait, engendrer des conséquences importantes sur la stabilité et la prévisibilité du système.

 

Or, comment innover si le processus d’homologation n’a pas de règles précises, et dont nous ayons connaissance ?

J’entends beaucoup dire que la permaculture est une meilleure solution que l’agriculture assistée par des produits phytosanitaires. Etudiez-vous la question pour innover de manière plus propre dans ce domaine ?

 

Ingrid, Courbevoie, le 14 février 2020

La permaculture est une méthode d’agriculture inspirée des interactions naturelles existant au sein des écosystèmes qui vise à créer des synergies entre les espèces, à utiliser une diversité de cultures et leur productivité naturelle, dans un système généralement autonomes. C’est une technique passionnante, qui aujourd’hui, ne permet pas encore de garantir le même niveau de rendement, ni la même fiabilité de récolte face aux aléas climatiques par exemple, que des systèmes dits conventionnels, utilisant les pesticides (produits phytosanitaires de synthèse). De fait, face aux besoins alimentaires d’une population grandissante et des terres cultivables qui diminuent, ce n’est à ce jour pas une solution universelle.

 

On estime actuellement que les produits phytosanitaires permettent d’éviter la perte de 30 à 40% des récoltes, du fait des 10 000 agresseurs potentiels des cultures (champignons, mauvaises herbes, insectes…).

 

Il est important de savoir que nous soutenons la diversité des agricultures en accompagnant les agriculteurs biologiques ou conventionnels dans la protection de leurs cultures. La permaculture doit nous apprendre sur l’utilisation de méthodes mécaniques et/ou agronomiques afin de réduire le recours aux produits phytosanitaires.

Que fait Bayer pour s'assurer que ses produits ne sont pas nocifs pour les abeilles ?

 

Question fréquemment posée, France, le 10 septembre 2019

En premier lieu, nos produits sont très contrôlés pour s'assurer qu'ils ne présentent pas de risque pour les abeilles lorsqu’ils sont appliqués selon les instructions figurant sur l’étiquette. En tout et pour tout, c'est une dizaine d'années de tests nécessaires avant de pouvoir commercialiser un produit phytosanitaire. Durant cette période, il est obligatoirement et systématiquement vérifié que celui-ci est sans danger, notamment pour la santé des insectes pollinisateurs.

 

Aussi, pour nous assurer de l’utilisation appropriée de nos produits, nous menons de nombreuses actions de sensibilisation aux « bonnes pratiques d'utilisation de nos produits ». Sur l’initiative d’un agriculteur de nos Fermes de Références (un réseau de fermes privées qui échangent avec nous sur des thématiques données, comme les abeilles ou la biodiversité), nous intervenons auprès d'agriculteurs et apiculteurs qui le souhaitent pour parler bonnes pratiques, ceci dans l’optique de favoriser le dialogue, recueillir les questions et co-construire des solutions.

 

Enfin, aujourd'hui, le monde scientifique s’accorde à dire que la surmortalité des abeilles est attribuable à une multitude de causes. Les abeilles sont exposées à de nombreux facteurs de stress dont la combinaison pourrait expliquer cette surmortalité : maladies et parasites, mauvaises pratiques agricoles, mauvaises pratiques apicoles, limitation des ressources alimentaires, conditions météorologiques... Nous Bayer France sommes convaincus qu’il faut travailler sur l’ensemble de ces facteurs pour améliorer la santé des abeilles, et c'est ce que nous initions avec un grand nombre de nos partenaires et clients. A commencer par la non-toxicité de nos produits, lorsqu’ils sont appliqués selon les instructions.

 

Le saviez-vous ? Notre programme Bayer Bee Care mène plus de 30 projets de collaboration scientifique portant sur les principales menaces de l’abeille, telles que le varroa, un parasite, et le frelon asiatique.

 

Vous connaissez bien les abeilles ? Apprenez-en plus sur son rôle pour l’agriculture.

Au vu des problématiques environnementales, quelles actions de RSE mettez-vous en place pour remédier aux impacts de vos produits sur la nature ?

 

Marie, Lyon, 69, le 2 mai 2019

Nous sommes conscients des inquiétudes sur l’impact environnemental de nos produits. Le respect de l’environnement est une de nos préoccupations fondamentales et nous y travaillons. Pour garantir la qualité et la sureté de nos produits sur l’environnement, avant l’homologation de nos produits et dans le cadre strict défini par les autorités, nous réalisons un grand nombre d’études sur l’eau, la faune et la flore sauvage. Puis, pour minimiser encore l’impact de nos produits sur l’environnement, nous accompagnons leur utilisation : nos experts forment sur le terrain les agriculteurs aux bonnes pratiques et nous leur fournissons des outils pour évaluer leurs connaissances sur la réglementation. Enfin, nos produits sont fabriqués dans des usines ISO14001, certification de référence sur la gestion environnementale des activités.

 

Par ailleurs, nos engagements en matière de développement durable et de politique RSE sont multiples. En voici deux exemples :

 

- Nous protégeons les ressources en eau en évitant leur pollution accidentelle et diffuse : nous réalisons des diagnostics précis pour connaître les modes de circulation de l’eau et les risques de transfert de produits. [Voir notre rapport Developpement Durable 2017, pages 58-59.]

 

- Face au changement climatique, nous menons des recherches pour aider les plantes à mieux tolérer les facteurs environnementaux (sècheresse, salinité excessive, carence en minéraux, stress hydrique…) à l’origine des pertes de qualité ou quantité.

Est-ce que Bayer commercialise des produits phytosanitaires utilisables pour la culture bio ?

 

Xavier, Villefranche-sur-Saône, le 20 mars 2019

Oui, Bayer développe des produits de protection des plantes d’origine naturelle. Ces produits appelés produit de biocontrôle sont à base d’organismes vivants ou/et de substances naturelles d’origine végétale, animale ou minérale, et sont certifiés pour une utilisation en agriculture biologique.

Bayer vend-il exprès des graines que l’agriculteur ne peut pas réutiliser ?

 

Question fréquemment posée, France, le 3 décembre 2018

Les agriculteurs choisissent leurs semences avant chaque période de semis en fonction des besoins de leur exploitation, des cultures qu’ils veulent produire et de leur terroir. Pour répondre à leurs besoins, nous leur proposons des semences hybrides, issues du croisement de deux variétés de la même espèce, choisies notamment pour leurs caractères complémentaires, leur tolérance aux maladies ou à la sécheresse. Toutefois, ils ne peuvent bénéficier du potentiel de ces semences que s’ils plantent de nouvelles semences hybrides chaque année. Mais attention, cela ne veut pas dire que ces variétés hybrides sont stériles, simplement que si elles devaient être ressemées l’année suivante, leurs performances seraient moins bonnes et plus imprévisibles. Le recours aux semences hybrides relève entièrement des agriculteurs et, dans la réalité, une majorité d'entre eux mise sur la régularité du rendement et rachète des semences hybrides chaque année.