L’agriculture moderne et ses pratiques

headerFarmer_in_a_tractor_1.png

Révolution technique à tous les étages

La modernisation de l'agriculture s'est faite en grande partie grâce :

  • au développement du machinisme agricole,
  • à l'amélioration des espèces végétales et animales,
  • à la mise au point de nouveaux engrais et produits de protection des plantes,
  • au développement de pratique prenant en compte l’impact de l’agriculture sur l’environnement
  • à la digitalisation des outils d’aide à la décision et les nouvelles technologies (drones)

Cette modernisation intervient à toutes les étapes du cycle de culture :

  • Préparation de la parcelle : pour travailler le sol, l'agriculteur à différents matériels à sa disposition, notamment : charrue pour un labour profond, déchaumeuse pour un travail plus en surface, herse pour émietter la terre...
  • Semis ou plantation : là, place aux semoirs sophistiqués (de grande culture, de précision, monograines...) ou aux planteuses (à pomme de terre par ex.) pour la mise en place de la culture, avec des variétés sans cesse améliorées.
  • Fertilisation : les épandeurs ou distributeurs d'engrais et d'amendements permettent d'apporter au sol les éléments minéraux ou organiques nécessaires à la croissance des plantes.
  • Protection phytopharmaceutique : pour lutter contre les ennemis des cultures (maladies, mauvaises herbes, insectes), l'agriculteur peut utiliser des produits chimiques qui sont appliqués avec un pulvérisateur ou déposés directement sur la semence. Il peut aussi les combattre mécaniquement (binage, enfouissement, fauche...)
  • Récolte : à chaque culture sa machine de récolte... Les citer toutes est impossible. L'un des principaux enjeux à ce stade est d'éviter la dégradation du sol due au poids des engins.

L’agriculture moderne du côté des hommes… et des femmes

L'agriculture ne se résume pas à son univers technique. Le volet humain est particulièrement important dans ce métier très dépendant du tissu rural dont il est une composante essentielle. Entraide pour le travail aux champs, collaboration au sein de coopératives d'utilisation du matériel agricole (CUMA), apprentissage mutuel pour développer la polyvalence... Impossible de pratiquer l'activité agricole en solitaire.
 
Autre évolution notable de ces dernières décennies, les femmes ont acquis une place à part entière dans l'agriculture. Et ce, aussi bien dans leur statut professionnel que dans les responsabilités qu'elles prennent au niveau des exploitations ou des organisations agricoles.

 

Quelle modernité pour demain ?

La première révolution verte a permis de doubler la production agricole française en à peine plus de 40 ans. Mais à quel prix ?
 
Des voix s'élèvent, contestant une "idéologie productiviste" aux conséquences mal maîtrisées sur l'environnement et la qualité des produits.
 
Le monde agricole doit aujourd'hui relever un nouveau défi : continuer à produire suffisamment de denrées alimentaires dans une démarche d'agriculture durable, respectueuse des ressources naturelles.

Le concept d'agriculture de conservation, destinée à maintenir et améliorer le potentiel agronomique des sols, tout en conservant une production régulière et performante sur les plans technique et économique, s'inscrit dans cette perspective et commence à se concrétiser avec l'appui de la recherche agronomique.

De plus, dans un environnement qui avance et se modernise au rythme de la technologie et des innovations digitales, il ne fait aucun doute que le big data et l'Internet des objets, entre autres, changeront progressivement le visage de l'agriculture. C’est déjà le cas aujourd’hui. Du smartphone dans les poches des agriculteurs aux capteurs hautement sensibles dans les moissonneuses-batteuses et les champs – le monde agricole est de plus en plus connecté, intégré et informé que jamais auparavant. La poursuite de la digitalisation de l'agriculture sera un pas en avant indispensable dans le monde de l'agriculture moderne.