Bayer signe un accord portant sur la cession des actifs récemment négociés avec BASF pour environ 1,7 milliard d’euros

L'ensemble inclut les activités de semences potagères au niveau mondial, certaines activités de traitements de semences et les activités de digital farming. Ces activités ont généré un chiffre d’affaires total de 745 million d’euros en 2017. La vente est conditionnée à la clôture de l’acquisition de Monsanto.
Bayer Actualités

Leverkusen, 26 avril 2018 – Dans le cadre du projet d’acquisition de Monsanto, Bayer a signé un accord pour céder les actifs des activités Crop Science récemment négociés à BASF pour environ 1,7 milliard d’euros. Ces dernières ont permis de dégager 745 millions d’euros de ventes en 2017. « Cet accord nous permet de concrétiser les engagements pris auprès de la Commission européenne et des autres autorités règlementaires et d’assurer ainsi le succès de la clôture de l’acquisition de Monsanto », a expliqué Werner Baumann, président du directoire de Bayer AG. « Nous sommes satisfaits d’avoir trouvé, à nouveau en BASF, un acquéreur solide pour ces activités, qui continuera à répondre aux besoins des agriculteurs et à offrir à nos salariés concernés des perspectives à long-terme. » Cette transaction est soumise à l’approbation des autorités règlementaires ainsi qu’à la conclusion de l’acquisition de Monsanto par Bayer.

Les activités cédées concernent les activités de semences potagères au niveau mondial, certaines activités de traitements de semences, la plateforme de recherche pour les semences hybrides de blé, et certains herbicides à base de glyphosate utilisés en Europe, principalement à des fins industrielles. Trois projets de recherche dans le domaine des herbicides et le portefeuille digital seront également transférés. Bayer recevra en contrepartie une licence pour certaines applications de digital farming.

La transaction implique le transfert de près de 2 500 employés, dont environ 150 sont basés en Allemagne. Dans le cadre de cet accord, BASF s’est engagé à maintenir, pour une durée d’au moins trois ans à partir de la conclusion de la transaction, tous les emplois permanents dans des conditions similaires.

« Nous sommes reconnaissants envers nos employés qui ont joué un rôle clé dans le succès de ces activités au fil des années », a déclaré Werner Baumann. « Grâce à cette équipe de haut niveau, je suis convaincu que BASF sera en mesure de renforcer encore la capacité d’innovation et de croissance de ces activités. » Bayer poursuit son travail assidu avec les autorités concernées, dans le but de finaliser l’acquisition de Monsanto au deuxième trimestre 2018.

Bayer conservera la propriété et la responsabilité de maintenir ces activités en opération jusqu’à la clôture du désinvestissement. A la suite de la finalisation du projet d’acquisition de Monsanto, Bayer restera présent dans les mêmes secteurs d’activité, fort des programmes, produits, et offres provenant de l’acquisition de Monsanto.

Le prix d’achat de base de 1,7 milliard d’euros avant impôts sera soumis aux ajustements usuels lors du closing. Bayer utilisera le produit de la cession annoncée après impôts et ajustements pour financer partiellement l’acquisition proposée de Monsanto. Bayer fournira une mise à jour sur les synergies totales attendues de l’acquisition de Monsanto lors de la clôture de l’acquisition.

BofA Merrill Lynch et Credit Suisse agissent en tant que conseillers financiers de Bayer. Les conseillers juridiques de Bayer sont Sullivan & Cromwell LLP, Dentons, Cohen & Grigsby, Redeker Sellner & Dahs, Baker McKenzie et Noerr LLP.

En octobre 2017, Bayer et BASF ont déjà conclu un accord pour la vente de certaines activités de Crop Science pour un prix d'achat de base de 5,9 milliards d’euros. Les actifs inclus dans cet accord – dont l’activité mondiale glufosinate-ammonium de Bayer et la technologie associée LibertyLink™ pour la tolérance aux herbicides, ainsi que la quasitotalité des activités liées aux semences de grandes cultures de l’entreprise – ont généré un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros en 2017. Cette transaction inclut un transfert de plus de 1800 personnes.